Le Logement étudiant : Premier frein à l'autonomie et à la réussite universitaire

Une des résultats issu de l'enquête annuelle de l'UNEF

Publié le 19 août 2013
Le Logement étudiant  : Premier frein à l'autonomie et à la réussite universitaire
Source : enquête de l’INSEE. Indice des prix à la consommation juin 2013, rapport de l’OLAP 2013.

Le logement pèse en moyenne 55% du budget annuel total d'un étudiant.

En région parisienne, il faut compter un loyer mensuel d'une moyenne de 700 euros pour un logement de petite surface (moins de 25 m2), et de 500 euros par mois en région (source : rapport de l’OLAP).


Des frais hors loyers exorbitants.

Des frais hors loyers exorbitants.


Au loyer mensuel s'ajoutent les frais d'accès à la location (caution, frais d’agence,...), les charges locatives (entretiens, assurance et électricité) et la taxe d'habitation qui constitue souvent un 13ème mois de loyer. A Paris, l'ensemble de ces dépense supplémentaires dépassent les 600 euros par an.

Un parc de logement public très insuffisant.


Malgré l'indécence des prix du parce locatif privé, le logement public du CROUS, dont les loyers sont à tarif sociaux, ne permet d'accueillir que 7% des étudiants (3% en Ile de France). La promesse du gouvernement de construire 40 000 logements CROUS nouveaux sur le quinquennat, nécessite une accélération importante du rythme des constructions (à hauteur de 9 000 par an).



FERMER