Aide au logement étudiant et Rapport le Déaut : fin de l'APL et demi-part fiscale ?

les craintes exprimées par l’UNI-MET se confirment.

Publié le 17 janvier 2013
Aide au logement étudiant et Rapport le Déaut : fin de l'APL et demi-part fiscale ?

L'UNI-MET communique:

Depuis le mois de mai dernier, l’UNI-MET alerte sans cesse les étudiants sur les risques qui pèsent sur les deux dispositifs essentiels pour le financement de leurs études que sont les APL et le bénéfice de la demi-part fiscale pour leurs familles.

Les différentes déclarations de Madame Geneviève Fioraso, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, vont en effet depuis son arrivée au ministère dans le sens d’une suppression de ces deux dispositifs visant à utiliser les lignes budgétaires correspondantes pour financer, « à coût constant » selon Madame Fioraso, un nouveau dispositif social pour les étudiants : « l’allocation d’étude », engagement de campagne de François Hollande.

Sans surprise, le rapport le Déaut rendu public hier est exactement sur la même ligne que le Ministère*. Il confirme donc les mises en garde formulées par l’UNI-MET, ce rapport ne visant vraisemblablement qu’à justifier la réforme voulue par le Ministère sur ce point.

Derrière les mots de « ré-allocation », « réaffectation » ou « re-déploiement » des aides à destination des étudiants se cache en réalité une même attaque claire et directe contre les étudiants des classes moyennes et leurs familles. En effet :

  • en fermant le dispositif APL tel qu’il existe aujourd’hui pour les étudiants pour le transformer en aide sur critères sociaux,
  •  en supprimant la demi-part fiscale pour financer une hausse des bourses dont les enfants des familles bénéficiant du dispositif fiscal ne verront pas la couleur puisqu’ils n’entreront pas dans les critères sociaux,

 

le gouvernement s’apprête à financer sa hausse du montant des bourses sur critère sociaux par la suppression des deux seules aides dont bénéficient les étudiants qui ne sont pas boursiers.

 

L’UNI-MET refusera ce tour de passe-passe clientéliste consistant à déshabiller les étudiants des classes moyennes pour financer la hausse des bourses sur critères sociaux.

Les étudiants n’en sont pas dupes non plus : en novembre dernier, à l’occasion des élections des représentants étudiants dans les Conseils d’Administrations des CROUS, les listes « UNI-MET : Contre la suppression des APL, pour la défense des classes moyennes » ont rencontré un très grand succès permettant à l’UNI-MET de voir son nombre d’élus au niveau national passer de 6 en 2010 à 15 en 2012.

 

* page 89 du rapport disponible à cette adresse :

http://www.assises-esr.fr/var/assises/storage/fckeditor/File/mise-en-oeuvre/Rapport_JYLD_vf.pdf


FERMER