Le logement étudiant insolite dans un container

Afin de pallier au manque de logements étudiants, nous avons choisi de copier nos voisins hollandais et d'opter pour le logement insolite dans un container. Faibles loyers, grandes surfaces, tout ce qu'il faut pour plaire aux étudiants fauchés !

Publié le 12 février 2014
Le logement étudiant insolite dans un container

Afin de pallier au manque de logements étudiants, nous avons choisi de copier nos voisins hollandais et d'opter pour le logement insolite dans un container. Faibles loyers, grandes surfaces, tout ce qu'il faut pour plaire aux étudiants fauchés !

  • Loger sans un container : une idée qui nous vient des pays-bas

Le Havre a été le premier a testé ce tout nouveau concept de logement dans un container. Depuis leur apparition aux pays-bas en 2004 pour pallier à la pénurie de logements étudiants, les containers deviennent une bonne alternative dans bon nombre de pays. C'est à Amsterdam que l'on a pu voir ce type de logements pour la première fois. Cela concernait principalement les étudiants ainsi que les assistés sociaux. Relativement spartiate en Hollande, lorsque l'idée a été reprise en France, elle a aussi été bien améliorée, tout comme en Allemagne, au Canada, et en Australie. C'est en les entassant les uns sur les autres que de nouvelles cités étudiantes voient le jour. Cela peut paraître risible et c'est pourtant une solution très intéressantes. Après le séismes de 1988 en Arménie, on a construit des village entiers de containers dans les champs. Ce projet a duré une quinzaine d'années pendant lesquelles des familles entières ont pu survivre. Bien entendu, les containers proposés aux étudiants sont plus confortables, isolés et insonorisés.

  • L'agencement d'un container : à quoi s'attendre

Au commencement, c'est une petite centaine de containers qui ont fleuri au Havre. Chaque container possède une surface de 25m², autrement dit un espace plus grand qu'un studio en résidence universitaire mais aussi beaucoup moins cher puisque le loyer est fixé à 300 euros toutes charges comprises. D'autant plus que chaque logement est parfaitement équipé avec une cuisine aménagée, une salle de bain avec des sanitaires individuels, et une connexion wi-fi. Quant aux logements du bas, ils sont généralement réservés pour les personnes à mobilité réduite. Une fois que tous les aménagements sont réalisés, chaque container coûte 48 000 euros (contre 50 000 euros en résidence étudiante). Les aménagements comprennent également des travaux d'isolation et d'imperméabilisation ainsi que l'aménagement intérieur indispensables pour y vivre. Au total, ces containers ont coûté près de 4,8 millions d'euros dont un milieu a été apporté par l'état dans le cadre du plan de relance.

  • Et en pratique, quels sont les inconvénients ?

Malgré une idée très intéressante, il faut savoir que la plupart des étudiants logés dans les containers ont commencé à se plaindre d'infiltration d'eau, mais aussi des chauffe-eau défectueux, de la mauvaise isolation, de la rouille au niveau de la tôle, etc. Sans compter que les places sont extrêmement limitées pour le moment puisqu'il n'y a que 101 logements au total et les étudiants sont très nombreux à en faire la demande. Cependant, les étudiants prioritaires sont ceux qui ont les plus faibles ressources, comme pour ceux des cités universitaires. De plus, il faut savoir que les règles de vie en communauté sont très strictes et les horaires de visites contrôlés. Ce qui fait de ce type de logement un concept très critiqué malgré tout. L'économie annoncée est aussi très loin des 20 à 30% par rapport à une résidence universitaire. Si le container devait être un avenir pour le logement étudiant, bon nombre de villes n'ont finalement pas envie de tenter l'expérience. D'autant plus qu'ils ne sont pas adaptés à la réglementation française en termes de construction. En effet, Alexandre Aumis, directeur chargé de l'immobilier du Centre national des œuvres universitaires et scolaires explique qu' « afin d'être parfaitement aux normes de sécurité incendie, l'architecte a dû enquiller et espacer les boites en acier à l'intérieur d'une gigantesque ossature en béton. Ce qui a généré des surcoûts ».


FERMER